Journaliste freelanceLe pigiste : quand le journaliste devient freelance

Tous les journalistes ne sont pas salariés : certains exercent indépendamment des agences pour lesquelles ils travaillent. Ils sont alors qualifiés de pigistes. Cela dit, ils détiennent malgré une carte de presse, et sont donc effectivement des journalistes. Rémunérés à l’article, ils doivent s’organiser pour ne jamais manquer de travail.

Un pigiste, travailleur de la presse freelance

Un journaliste ne travaille systématiquement en agence, et il ne constitue pas toujours l’un de ses salariés. Lorsqu’un travailleur reste indépendant de l’agence et qu’il est exclusivement rémunéré à l’article (ou à la photo pour les journalistes spécialisés), on parle de pigiste.

Le pigiste est effectivement un journaliste freelance. Il a d’ailleurs beaucoup de points communs avec les journalistes salariés :

  • Il dispose d’une carte de presse. Toutefois, celle-ci comporte la mention ‘pigiste’.
  • Il perçoit l’essentiel de ses revenus d’un ou de plusieurs organismes de presse.
  • Pour la plupart d’entre eux, ils ont reçu la même formation que les journalistes.
  • Son activité est largement similaire à celle d’un journaliste salarié. Il peut donc être amené à écrire des articles, mais aussi à prendre des photos ou à créer des contenus audio et vidéo.

Par ailleurs, le monde de la presse est varié : presse écrite, web, radio, TV et agences de presse sont autant d’organismes différents. Le pigiste, de son côté, est susceptible de participer sur l’ensemble de ces supports. Il a la possibilité de se spécialiser dans un ou quelques domaines : économie, politique, littérature, etc.

En revanche, l’une des grandes différences entre le journaliste salarié et le pigiste freelance est la contrainte des horaires. S’il peut lui arriver de travailler en agence le temps d’une mission, le pigiste n’a pas véritablement d’horaires de travail : il décide du temps à allouer à son activité.

Il faut d’ailleurs savoir que par goût de liberté, certaines personnes font le choix du travail en freelance. Toutefois, une grande partie des pigistes choisissent ce format faute d’emploi stable.

De plus, un pigiste dispose de son propre matériel, là où un journaliste dispose d’un matériel mis à disposition par son entreprise.

Les missions du pigiste freelance

Les missions d’un journaliste pigiste sont sensiblement les mêmes que celles d’un travailleur en agence. Il s’agit de chercher, de recueillir, puis de traiter l’information :

  • L’essentiel du temps de travail d’un pigiste consiste à chercher l’information. Il doit assurer une veille de l’actualité sur un secteur géographique ou thématique donné. Pour cela, il doit disposer d’un réseau de contacts.
  • Le reportage demande au pigiste de sélectionner les informations importantes. C’est à ce moment que sont produits les supports vidéo (pour la TV et le web) et audio (pour le monde de la radio en priorité).
  • Le traitement consiste enfin à aménager l’information de manière à ce qu’elle puisse être publiée. La maîtrise de logiciels tels que Quark Xpress (pour la presse écrite) est indispensable pour beaucoup de rédactions. Concernant cette dernière tâche, elle n’incombe pas toujours au pigiste : ce sont bien souvent les agences qui s’en chargent, même pour des articles qu’elles n’ont pas elles-mêmes rédigés.

En général, le pigiste doit articuler la recherche d’informations avec les médias avec lesquels il collabore. Avant chaque publication, il propose aux rédacteurs en chef différents sujets qu’il a pu trouver. Il ne part ensuite en reportage que pour les sujets qui ont éveillé leur intérêt.

Choisir un pigiste freelance

Pour le pigiste, l’une des difficultés est de connaître et d’intégrer les différentes lignes éditoriales des médias avec lesquels il travaille. En effet, pour que ses articles puissent être reçus, ceux-ci doivent correspondre à ce que la rédaction du journal recherche.

Pour être accepté par une rédaction, il faut donc prouver cette capacité d’adaptation. Se créer un portfolio d’articles déjà réalisés peut être un outil intéressant. Cela dit, pour commencer à ‘démarcher’ des rédacteurs en chef, le meilleur moyen est d’envoyer directement ses premières idées de sujet : si celles-ci sont pertinentes, ils n’hésiteront pas longtemps avant de vous contacter. Attention toutefois : il est important de ne pas trop en dire sur vos sujets. Si le vol d’idées est rare en journalisme, il existe bel et bien.

Du côté de la rédaction, les pigistes peuvent être intéressants pour avoir de nouveaux sujets au pied levé. Les périodes de remplacement du personnel sont parfois délicates à gérer, et le choix d’un pigiste pour renforcer son équipe n’est souvent pas de trop.

Il faut également être autonome et organisé. Lorsque le pigiste n’a pas de sujet à écrire, son unique occupation est d’en trouver de nouveaux. Il faut alors procéder avec méthode pour parcourir son secteur ou son domaine de prédilection.

Comment devenir pigiste ?

Au même titre que les journalistes, les futurs pigistes freelances peuvent accéder à diverses formations plus ou moins prestigieuses.

En fait, la plupart des formations permettant d’accéder à la profession sont dispensées par de grandes écoles. Certaines universités spécialisées existent cependant : citons par exemple l’EFAP de Paris. Attention toutefois à bien choisir un cursus proche du journalisme, et non un simple parcours en communication.

Les grandes écoles, de leur côté, doivent être reconnues par la profession. Elles sont 14, les plus prestigieuses étant l’ESJ de Lille et l’IEP de Paris. On y trouvera des licences et des masters professionnels : largement formateurs, ces parcours sont idéaux pour devenir pigiste.

Au-delà, les écoles ont de grands concours, où la sélection est extrêmement difficile. Elles demandent une connaissance de l’actualité, mais pas seulement : l’imagination et la motivation du candidat sont aussi mises à rude épreuve. Cela dit, ces parcours ne sont pas tant faits pour de futurs pigistes que pour les futurs chefs de grandes rédactions.

Précisons enfin qu’un certain nombre de travailleurs sont des autodidactes.

Le salaire d’un journaliste freelance ?

Le pigiste étant rémunéré à la pige, ses revenus mensuels sont extrêmement variables. Cela est d’autant plus vrai que la pige est payée différemment selon le support et mise à jour régulièrement :

  • Dans la presse écrite, le feuillet (c’est-à-dire 1500 caractères espaces compris) est rémunéré un peu au-delà de 60 euros. Ces tarifs changent entre la presse magazine, la presse hebdomadaire régionale, la presse quotidienne…
  • A Radio France, une journée de prestations est rémunérée 104,76 euros pour un professionnel, mais 55,22 euros pour un stagiaire ayant au moins un an d’expérience.
  • La réalisation d’un reportage pour France Télévisions en avril 2010 a coûté 125 000 euros à la chaîne. Avec 90 minutes réalisées par quatre jeunes, le documentaire a coûté 1400 euros par minute. Toutefois, ce genre d’exemple est loin de la réalité des télévisions locales.

Les chiffres du journalisme freelance

On connaît le nombre de pigistes avant tout grâce au nombre de professionnels ‘encartés’ (ayant leur carte de presse). En 2015, on dénombrait ainsi 7 768 pigistes, sur près de 36 000 journalistes. Cela représente 22% de la profession.

Ils représentent près de la moitié des travailleurs de la presse magazine (48%), 37% de la télévision privée thématique et l’essentiel (79%) de la radio publique. Concernant le milieu particulier de la photographie, sa part est presque équitable entre les travailleurs pigistes, les permanents, les auteurs et les indépendants. Ici, les pigistes représentent 40% du personnel.

Comment ça marche ?

Postez une annonce
Publiez une demande de devis, c'est gratuit et sans engagement.

Recevez des propositions
Vous êtes averti par email dès qu'un prestataire répond.

Discutez et négociez
Comparez les offres et négociez en direct grâce à la messagerie privée.

freelance

Mise en relation directe et gratuite avec les meilleurs freelances.
Sans commission.

Poster une annonce


S'inscrire en tant que freelance



A propos de 404Works

1ère plateforme Freelance sans commission

Depuis 2009, 404Works accompagne gratuitement les organisations dans leurs recherches d'un journaliste freelance. Que ce soit pour des start-ups ou des grands groupes, notre objectif est d'accélérer la rencontre entre les projets et les meilleurs freelances. 404Works fonctionne sans intermédiaire et sans commission. En savoir plus en consultant notre FAQ (questions / réponses)


Découvrez l'annuaire freelance

Annuaire des freelances spécialisés en Journaliste
Annabelle Kiéma
Nicolas Madignier
Tiphaine de Trogoff
Léna Meynard
Charlotte Agier
Jean-Baptiste Viallet

Annuaire freelance

Les dernières annonces

Les missions pour freelances spécialisés en Journaliste
Rédaction de contenu   New Communication et marketing Commentaires  3
Pigiste / Traducteur theme : Cryptomonnaies & Blockchain Editorial, rédaction et SEO Commentaires  5
Réécriture et mise en forme contenus financiers Editorial, rédaction et SEO Commentaires  13
Rédaction d'articles pour blog Editorial, rédaction et SEO Commentaires  9
Journaliste écrivain pour travail artistique et d'écriture Design et création Commentaires  16
Annonces freelance