Freelance et auto-entrepreneur, quelles différences ?

Il y a 1 mois


Contrairement aux idées reçues, un freelance n’est pas forcément auto-entrepreneur, même si on a tendance à utiliser ces deux termes indifféremment pour désigner un travailleur indépendant. Dans cet article nous revenons sur la définition du freelance et de son statut.

Freelance - Auto-entrepreneur

Qu’est-ce qu’un « freelance » ?

Le terme « freelance » est un anglicisme qui désigne un travailleur indépendant, prestataire de services. Il n’existe aucune définition officielle du freelance, ce terme n’a pas d’encadrement juridique strict. On peut toutefois lui attribuer certaines caractéristiques.

Contrairement au salarié, le freelance travaille seul, il est donc son propre patron et gère son portefeuille de clients en autonomie. Un freelance est forcément un entrepreneur : il « monte son affaire » pour proposer ses services et les facturer. Son salaire, c’est le revenu de son travail, c’est à dire ce qu’il facture à ses clients.

Rappelons que ce qui caractérise un salarié, ou plus exactement un contrat de travail, c’est le lien de subordination qui existe entre le salarié et son employeur. En d’autres termes, le salarié doit « répondre » aux instructions qui lui sont données par son supérieur hiérarchique. Pour le freelance, même si les clients sont souvent appelés « donneurs d’ordres », il n’y a pas ce lien de subordination.

Les domaines d’activité du freelance sont variés : on le trouve généralement dans les domaines créatifs (illustrateur, graphiste, web designer) ou du web (développeur, chef de projet), mais il peut aussi se trouver du côté du marketing ou de la vente (les commerciaux freelances sont nombreux). En réalité, le terme peut désigner toutes les professions que l’on peut exercer en indépendant, à l’exception des professions réglementées (médecin, infirmier, avocat, huissier de justice par exemple).

Pour exercer son activité en toute légalité, le travailleur freelance doit choisir un statut, plus précisément un régime fiscal et social. C’est ici qu’intervient la notion d’auto-entrepreneur. A savoir : l’auto-entreprise a été remplacée en 2016 par la micro-entreprise, mais rassurez-vous, le terme désigne exactement la même chose, les deux régimes ont fusionné. En savoir plus sur les étapes pour devenir freelance.

Tous les auto-entrepreneurs sont freelances, mais tous les freelances ne sont pas forcément auto-entrepreneurs

De quoi s’agit-il ? L’auto-entrepreneur est donc celui qui exerce son activité sous le régime de l’auto-entreprise. Il s’agit d’un régime simplifié, qui permet à ses bénéficiaires de facturer ses services, sans subir les lourdeurs administratives et comtpables inhérentes à la création d’une société. Par exemple, l’auto-entrepreneur n’a pas à tenir de bilan comptable annuel, ce qui représente un allégement de taille !

On a tendance à considérer le régime de la micro-entreprise (ou de l’auto-entrprise, les deux termes sont interchangeables) comme le statut « par défaut » du freelance. C’est un peu vrai, dans la mesure où ce régime permet de commencer facilement à facturer ses clients sans trop de contraintes. Mais attention, le régime comporte des limitations de chiffres d’affaires, c’est à dire des plafonds annuels qu’il ne faut pas dépasser pour continuer à bénéficier de ce régime. Le seuil pour les freelances (prestations de services) s'établit à 70 000 €.

C’est à peu près la seule condition qui permet d’exercer en auto-entreprise. Si vous dépassez ce seuil, vous devez obligatoirement faire évoluer votre statut juridique vers une EI (entreprise individuelle), une EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée), ou même une société (SARL, SAS ou SASU, si vous êtes seul). Pour commencer dès maintenant votre auto-entreprise, il esxiste des sites qui facilitent vos démarches (comme pole-autoentrepreneur.com).

Lire aussi : Passer de freelance à entreprise : que faire si vous dépassez le plafond de la micro-entreprise ?

En tant que freelance, vous avez donc en réalité un panel de choix pour votre statut qui ne se limite pas à l’auto-entreprise, en fonction de vos revenus mais pas seulement. Ainsi, si vous souhaitez faire évoluer votre activité de freelance pour monter, à terme, une agence par exemple, il sera plus judicieux d’opter pour la création d’une société (avec des actionnaires multiples).

Looking for the english version of 404Works? Let's go!

Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies (et des pancakes).

Fermer

900 freelances en ligne actuellement. Voir les profils connectés

Fermer