L'impact du Covid-19 sur mon business en ligne : comment tout perdre en quelques semaines ?

Il y a 1 mois


Nous accueillons sur notre blog le témoignage de Thibaut Rome, entrepreneur qui avait tout misé sur le secteur du tourisme avec un business en ligne florissant... Jusqu'à l'arrivée de l'épidémie de Covid-19. Il nous raconte son parcours et surtout sa chute : il a (presque) tout perdu en seulement quelques semaines. Son récit illustre la fragilité des entrepreneurs individuels face à cette crise.

Thibaut

Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment il est possible de tout perdre en quelques semaines. En effet, propriétaire d’une entreprise florissante possédant un concept efiicace dans le domaine du voyage et du tourisme, je me retrouve maintenant en situation de faillite.

Personne n’aurait pu prédire ce que je vis actuellement. Mes chiffres étaient plus que corrects, et je parvenais à me dégager un bénéfice mensuel très convenable (plus de 4 000 euros/mois). Malheureusement, une erreur stratégique et la crise actuelle m’ont précipité vers la faillite. Comme d’autres entreprises dans le même domaine, la situation actuelle est plus que périlleuse.

Alors, quelle a été mon erreur ? Comment peut-on passer du succès à la faillite en l’espace de quelques semaines ? Je vais vous parler de mon parcours dans cet article.

Lisbonne, le premier succès

L’aventure commence en 2015, avec l’ouverture de mon premier blog consacré à la ville de Lisbonne. Résidant dans cette ville depuis 2012, je possède un amour inconditionnel pour le lieu. Ici, j’ai pu complètement changer de vie.

J’ai rencontré de nombreuses personnes avec lesquelles je suis encore en contact. J’ai aussi rencontré la femme de ma vie qui m’a permis de fonder un foyer et m’a donné de magnifiques enfants. C’est aussi grâce à son soutien que j’ai pu vivre ma passion et réaliser mes rêves.

J’avais donc une dette envers la ville, il me fallait agir. C’est pourquoi je décide avec bonjourlisbonne.fr de faire découvrir cet endroit au plus grand nombre de gens possibles. Pour cela, je me suis armé de patience et de beaucoup de stratégie.

La première année, j’installe de nombreux mécanismes qui vont me permettre d’atteindre les premières pages des moteurs de recherche. Je fais connaître mon site sur des annuaires de qualité dédiés aux voyages ainsi que sur des forums de voyageurs. Je passe énormément de temps à rechercher et analyser les différents mots-clés qui me permettront d’avoir facilement beaucoup de trafic.

J’utilise de nombreuses stratégies SEO en récupérant des liens morts, en faisant des partenariats avec des blogueurs connus dans le monde du voyage.

En moins d’un an de travail régulier, mon blog atteint un nombre de visiteurs assez élevé. En effet, ce ne sont pas moins de 60 000 visiteurs uniques qui viennent régulièrement consulter mon site.

Analytics

Constatant ce succès, j’ouvre mon entreprise et embauche un comptable pour que celui-ci s’occupe de toutes les démarches administratives.

Pour éviter les pubs sur mon site et gagner de l’argent grâce à cet outil, je propose de l’affiliation sur des pass et un partenariat avec tous les propriétaires de lieux qui pourraient intéresser les voyageurs. Ainsi, je me retrouve à démarcher les restaurants, les bars, les entreprises de transport ou encore les hôtels et les services de prestations touristiques.

En parallèle, je propose également mes propres visites guidées. Comme mon temps n’est malheureusement pas extensible, je commence à embaucher de nombreux freelances sur des plateformes comme 404Works pour m’aider dans la tenue de mon site et la gestion des partenariats.

Plus tard, à cause du flux important de voyageurs, j’emploie également des guides pour effectuer des visites à ma place. L’avantage de mon équipe de freelances est que je peux payer chacun d’eux au projet, à l’heure ou aux résultats.

Je continue mon travail acharné de référencement et deux ans plus tard, ce travail paie. En effet, l’activité sur mon site explose littéralement. Celui-ci regroupe sur l’année plus de 650 000 visiteurs uniques.

Analytics

Même si les revenus varient énormément en fonction de la saisonnalité, l’entreprise génère en moyenne 3 000 € de bénéfice net mensuellement. Mes clients sont satisfaits de mes services, je suis heureux de travailler avec mon équipe, l’entreprise est lucrative, bref tout va pour le mieux.

Barcelone, le premier échec

Fort de ce premier succès, je décide en 2017 d’exporter mon concept à l’Espagne. J’ouvre donc un blog consacré à Barcelone. Pour m’y être rendu de nombreuses fois, j’aime beaucoup l’endroit et celui-ci mérite d’être connu et visité en suivant mon concept.

N’étant pas sur place, je monte une nouvelle équipe locale qui m’aidera dans mes démarches de partenariat et d’affiliation. De mon côté, je travaille énormément sur le référencement et la tenue de mon nouveau site.

Après deux ans d’efforts, le succès est totalement absent. Quelques visiteurs habitués à bonjour Lisbonne s’intéressent un petit peu à mon nouveau site, mais ce n’est pas assez pour pouvoir générer de réels bénéfices. Pire encore, ce blog me coûte beaucoup d’argent.

Depuis de nombreuses années, Barcelone est une ville très à la mode et appréciée des touristes. De nombreuses autres agences ont déjà eu l’occasion de s’implanter sur place.

Le succès n’étant pas au rendez-vous, je décide d’arrêter d’investir sur le blog consacré à Barcelone. Malgré cet échec, mon blog principal fonctionne très bien et l’entreprise se porte à merveille.

Rome, mon erreur stratégique

Malheureusement, me contenter de conquérir Lisbonne n’est pas assez. Je veux voir et rêver plus grand. Pour cela, il me faut sortir du Portugal encore une fois et proposer à mes clients d’autres contrées. C’est tout naturellement qu’au début 2019, je me lance à l’assaut de la ville de Rome.

L’échec de Barcelone est encore tout frais, et c’est une bonne chose. Avec Rome, je pourrais éviter de refaire les mêmes erreurs commises avec Barcelone. La capitale italienne étant une ville très concurrentielle, je décide de ne pas trop investir au début.

Après une année d’efforts, les chiffres sont plus que positifs. En effet, je peux déjà compter sur un trafic de plus de 50 000 visiteurs uniques sur mon nouveau site.

Les demandes de visite s’accumulent et les partenariats sur place sont en bonne voie. Contre toute attente, ce blog est un succès rapide. Je me précipite alors et investis la quasi-totalité de mes économies dans ce nouveau projet, fin 2019 - début 2020.

Bonjour Rome

Malheureusement, un mois plus tard, la crise du coronavirus frappe l’Italie et l’Europe de plein fouet. Tous mes clients annulent leur voyage et je me retrouve sans activité.

En effet, avec le confinement, la fermeture des frontières et toutes les mesures prises pour limiter la propagation de ce virus de nombreux lieux comme la tour de Belem ont dû fermer. Mes partenaires ne peuvent plus me payer. Je dois me séparer de nombreuses personnes dans mes équipes et je ne me verse plus de salaire.

Si j’arrive à survivre encore aujourd’hui, c’est grâce à mes amis et ma famille qui m’aident financièrement.

En voulant aller trop vite avec la ville de Rome et en investissant énormément dans ce nouveau blog, j’ai réussi à passer du succès à la faillite en seulement un mois.

Heureusement, d’ici quelque temps le tourisme reprendra et je pourrais reprendre mon activité comme avant. Tout du moins je l’espère.

Looking for the english version of 404Works? Let's go!

Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies (et des pancakes).

Fermer

998 freelances en ligne actuellement. Voir les profils connectés

Fermer