VPS, dédié, mutualisé, comment choisir son hébergeur ?

Il y a 2 semaines


Les webmasters le savent bien : choisir un hébergement de qualité pour son site web peut être un véritable casse-tête, tant les offres sont nombreuses et la concurrence fait rage entre les différents hébergeurs présents sur le marché. Voici un article de vulgarisation qui tente (humblement) de vous expliquer comment faire le bon choix.

Bien choisir son hébergeur

La vitesse de chargement : enjeu crucial pour ne pas décevoir vos visiteurs

Quoi de plus agaçant qu’un site qui se charge trop lentement ? Passer plusieurs secondes (voire minutes) à attendre le chargement d’une page web est désormais inacceptable. C’est même la première cause d’abandon des visiteurs.

Au delà de 3 secondes de chargement, vos utilisateurs considèrent en effet qu’il y a un problème (un bug) et que votre site ne marche pas. Ce seuil de tolérance tend à diminuer au fil des années, au fur et à mesure que les connexions très haut débit (notamment la fibre) se généralisent. Pour vos visiteurs, votre site doit être aussi réactif qu’une application.

D’où l’intérêt de faire le bon choix en matière d’hébergement. En effet, même si d’autres paramètres sont à prendre en compte, comme l’optimisation de votre site d’un point de vue technique (notamment en mtière de cache, voir notre tableau ci-dessous), le choix de l’hébergeur et de son offre va directement impacter la vitesse de chargement de vos pages.

Mutualisé ou dédié ? Quelles différences ?

Si l’on devait résumer les choix qui s’offrent à vous pour héberger vos sites, vous avez en gros 3 possibilités : l’hébergement mutualisé, le serveur dédié (rien qu’à vous) et le VPS, entre les deux.

Commençons par l’hébergement mutualisé. Ce qu’on entend par « mutualisé », c’est que vous partagez l’espace dédié à votre site, ainsi que les ressouces de la machine, avec d’autres sites. Concrètement, le serveur qui fait tourner votre site ne vous est pas consacré à 100%, il s’occupe de plusieurs sites en même temps. Souvent très bon marché (quelques euros par mois), ces offres ont l’avantage d’être simples à configurer. Mais leur principal défaut est bien sûr la performance. Non seulement vous êtes dépendant de vos voisins, hébergés sur le même espace que vous, en termes de performances, mais aussi en matière de personnalisation, puisque la configuration de votre hébergement est assez figée.

A l’opposé de l’hébergement mutualisé, on trouvé l’hébergement dédié (ou serveur dédié). Comprenez un serveur (une machine) qui est complètement dédié à vos sites. Aucune perturbation due au voisinnage dans ce cas de figure, et une configuration qui peut être entièrement personnalisée. C’est comme si le prestaraire vous louait un ordinateur, dont la seule fonction serait de « servir » votre site (c’est à dire de le rendre disponible). Seul hic : vous êtes entièrement responsable de votre serveur et vous devez donc l’administrer en autonomie, à moins de choisir une formule "infogérée". Ce qui suppose d’avoir toutes les connaissances techniques. A noter que le serveur dédié est aussi l’hébergement le plus onéreux.

Et le VPS dans tout ça ?

Entre l’hébergement mutualisé et le serveur dédié, on a vu fleurir sur la toile une solution hybride : le fameux « VPS » pour Serveur dédié virtuel (virtual private server, en anglais). C’est une solution intermédiaire, basée sur le cloud, qui vous permet d’avoir l’équivalent d’un serveur dédié, avec ses propres ressources, mais dans le nuage, puisqu’il s’agit d’un serveur « virtuel ».

Le principal atout du VPS est d’être une solution évolutive : vous pouvez augmenter ou diminuer les ressources de votre serveur, sans avoir à remettre en cause toute votre installation. Et surtout, c’est souvent une solution infogérée, c’est à dire que l’hébergeur s’occupe de la configuration et vous assiste en cas de pépin. C’est aussi un bon compromis niveau prix : plus cher qu’un mutualisé (évidemment) mais sans atteindre les niveaux de prix d’un serveur dédié.

Quel type d’hébergement choisir ?

Bien sûr, tout dépend des sites que vous souhaitez héberger et de leurs fréquentations. Pour un petit site statique, qui accueille peu de visiteurs, un hébergement mutualisé peut largement faire l’affaire. En revanche, si votre site est un outil commercial important, qu’il est motorisé par un CMS (au hasard WordPress…), il semble plus sage de se tourner d’emblée vers une offre de type VPS afin de maximiser les performances.

La qualité d’un hébergement peut également être très variable d’un hébergeur à l’autre, alors que « sur le papier », leurs offres sont très proches. Ainsi vous trouverez des hébergments mutualisés qui peuvent rivaliser avec des VPS et le contraire : des VPS très décevants !

Pour bien choisir votre hébergeur, nous vous conseillons de vérifier sa réputation. En ligne pour commencer, à travers les avis des clients, mais surtout en demandant à votre entourage. En matière d’hébergement, le bouche-à-oreille est effectivement essentiel. Il vous permettra de recueillir des retours d’expériences pour des sites similaires au vôtre.

Si vous optez pour un hébergement mutualisé, faites bien attention aux dispositfs prévus pour la mise en cache de votre site. La mise en cache consiste à copier les données de votre site dans un espace de stockage temporaire, pour accélérer les temps de chargement. Ce processus permet de « délester » le serveur d’une bonne partie des tâches.

Un tableau pour résumer ?

Voici en résumé un tableau qui pourra vous guider dans votre recherche. Nous avons fait le choix de simplifier au maximum pour une meilleure lisibilité. Bien sûr, chaque site est différent et selon sa fréquentation, ses ressouces doivent être adaptés.

Hébergement mutualisé Hébérgement VPS Serveur dédié
Site statique (HTML), blog WordPress simple (ou autre CMS léger), landing page, site « one-page ». Site dynamique, site WordPress + WooCommerce, site e-commerce (Prestashop / Magento), site Drupal, plateforme collaborative. Plateforme ou application spécifique très gourmande en ressources et/ou fréquentation très élevée.
Le contenu est statique et peut être mis en cache (il ne change pas souvent). Le contenu est dynamique et peut partiellement être mis en cache (il change fréquemment). La mise en cache est très difficile. Le serveur sera sollicité en permanence.
Entre 5 et 50 euros par mois Entre 50 et 150 euros par mois Plus de 150 euros par mois

Les 2 points essentiels : la réactivité du support et une configuration bien dimensionnée

Autre point absolument crucial (vraiment), c’est la qualité et la réactivité du support technique. Nous avons eu la fâcheuse expérience de devoir attendre plusieurs jours la réponse de notre hébergeur à la suite d'un souci technique. Quand votre site est « en carafe » un samedi soir et que personne ne répond, on se dit qu’on a fait le mauvais choix et on regrette très vite !

Concernant le choix de la configuration de votre serveur, les offres de VPS sont souvent nombreuses chez un même hébergeur, avec plusieurs choix en nombres de cœurs CPU, mémoire vive, stockage, etc. Alors, comment savoir ce dont on a besoin ? Le dimensionnement, c’est malheureusement la roulette russe (à moins d’avoir les moyens de lancer des tests de montée en charge… Ce qui n’est pas donné à tout le monde). Il faut en effet attendre le flux de visiteurs pour voir l’impact sur les temps de chargement de vos pages.

Notre conseil est donc de démarrer petit (avec l’offre de départ) et de la faire évoluer selon vos besoins (c’est bien un des avantages du VPS que d’être adaptable). Sinon vous risquez de payer le prix fort pour un hébergement surdimensionné que vous n’utiliserez pas pleinement.

Looking for the english version of 404Works? Let's go!

Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies (et des pancakes).

Fermer

900 freelances en ligne actuellement. Voir les profils connectés

Fermer